« Marguerite n’aime pas ses fesses », Erwan Lahrer (éd. Quidam)

« Marguerite n’aime pas ses fesses », Erwan Lahrer (éd. Quidam)

A première vue une fantaisie érotico-policière réjouissante où tout le monde a quelque chose à cacher… mais dans le dévoilement de pages secrètes du passé, intimes et politiques, et la mise à nu de désirs enfouis, c’est à la fois un panorama mordant des écueils de la Ve République et un très beau et mélancolique portrait de notre société un peu perdue… Sophie

Marguerite a un mec mais pas de libido, une mère mais plus de père, et rêve d’une vie de famille. Lorsqu’on lui propose d’aider un ancien président de la République à rédiger ses mémoires, elle accepte – elle ne sait pas dire non. Alors, sa réalité et la réalité prennent leurs distances, peu aidées par l’irruption d’un flic qui enquête en secret sur les liens entre une trentaine d’assassinats politiques.

Rythmé et subtilement décousu, Marguerite n’aime pas ses fesses met en récit l’apathie politique d’une génération un brin nombriliste, questionne la puissance dévastatrice des pulsions sexuelles et s’aventure dans les méandres de la sénescence.

Un roman loufoque, caustique et piquant.

260 pages
20 €

Share This Post